AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Début de nouvelles

Aller en bas 
AuteurMessage
Lojie

avatar

Nombre de messages : 12
Age : 35
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Début de nouvelles   Jeu 19 Juin - 12:56

Je me lance dans la rédaction d'une nouvelle fantastique avec pour personnage principal... un chien silent

J'ai besoin de deux types de conseils :

1°) L'un porte directement sur le chien. Personnellement, je n'en ai jamais eu : j'ai grandi et je vis (entre autres) avec des chats...
Je voulais savoir primo si j'arrive à retranscrire ce qu'est un chien, à être dans sa tête. Ca a l'air absurde mais ma connaissance des chiens est assez limitée (voire péjorative), et donc j'aimerai avoir l'avis d'heureux maîtres de chien.

2°) Je suis dans le pathos pur et dur, donc dîtes-moi tout de suite si le style n'est pas trop lourd ou trop léger, s'il correspond (même si pour le premier paragraphe, je ne sais pas trop si vous pourrez m'en dire trop...)

PS : au passage si vous voyez des fautes...

Voici donc le prologue :

Citation :


_Va chercher la balle !
Lazare démarra au quart de tour sans attendre que son frère n’ait lancé le jouet. Ses pattes emmêlées de poils s’étaient emballées, sa truffe humide guettait le ciel dans l’espoir d’y voir l’objet rond et jaune.
Poc ! Il freina net.
La balle était tombée derrière lui. Surpris, peut-être était-il encore parti trop vite, il effectua un demi-tour serré et s’écrasa de tout son poids, gueule en avant sur sa victime. Il resta un moment couché à grogner de plaisir, son regard noir et expressif au raz de l’herbe verte, puis revint comme un fou vers le garçon de huit ans.
Il déposa la balle baveuse à ses pieds et aboya : encore !
Sa queue cessa de remuer lorsque la mère passa la tête par la fenêtre de la cuisine :
_C’est l’heure de manger ! Dépêche-toi !
Son frère obtempéra en traînant des pieds, le fidèle Lazare sur ses talons et la balle remise à l’abri dans sa gueule. Lui, il aimait bien l’heure de manger. Il y avait toujours quelqu’un de sa meute pour laisser tomber un met succulent de son assiette. Certaines fois, il avait même le droit aux restes !
Lazare était content de sa meute, il savait qu’il avait une place à part.
La différence de luminosité entre le jardin baigné de soleil et le salon propice à la torpeur ne le dérangea pas, à l’inverse de son frère qui s’arrêta pour cligner des yeux. Il fila la queue ravie jusqu’à la cuisine et se posta sur son arrière-train, tout près de sa maîtresse affairée au-dessus des plaques chauffantes. Il émit un bref son étouffé pour attirer son attention.
_Alors Lazare, c’était bien dehors ?
Il posa la balle gluante sur le carrelage et gémit de bonheur. Elle lui parlait. Il aimait quand elle lui parlait, sa mère, celle qui lui donnait à manger, qui veillait à que son eau reste propre et qui le câlinait le soir, juste après la fin du film. Il en bavait de béatitude tant sa mère était parfaite.
_Toi et ta foutue balle… Grogna le père en voyant la bave étalée sur le sol.
Lui, il était un peu moins sympa... Certes, il le sortait pour le pipi et le caca, tous les matins et tous les soirs, mais il ne pouvait s’empêcher de tirer sur la laisse pour d’obscures raisons ; et Lazare n’aimait pas être étranglé lorsqu’il se soulageait sur les odeurs laissés par Trunk, l’infâme molosse des voisins.
De surcroît, c’était toujours lui qui levait la main sur lui et Lazare n’en comprenait pas toujours les raisons. Après tout, c’était le dominant et il fallait mieux ne pas trop chercher d’explication ; ses deux frères eux-mêmes s’abaissaient devant lui. La seule exception était sa mère, si parfaite, qui savait lui maintenir tête. Il se mit de nouveau à la contempler. Hypnotisé.
_A table ! Répéta-t-elle sur un ton dans lequel pointait l’agacement.
Son premier frère était déjà là, en train de se laver les mains sous le robinet. Le deuxième était encore là-haut. Lazare décida de forcer le destin. Tout le monde devait obéir à la mère.
Il quitta la cuisine en bondissant comme un cabri, grimpa les marches de l’escalier trois à trois et s’engouffra dans la chambre de son autre frère.
L’adolescent était assis face à son ordinateur, un casque sur les oreilles. Lazare se mit à ses pieds pour japper. Maman n’allait pas être contente. Ce dernier remarqua sa présence et soupira.
_Déjà l’heure… marmonna-t-il, avant de s’adresser à son micro. Je vous laisse les gars. Je reviens d’ici un quart d’heure. Hé, et vous terminez pas la partie sans moi…
Il écouta les réponses brèves des autres joueurs, tapota quelques touches de son clavier et rejoignit la cuisine. Lazare le devança en cours de route pour revenir se poster auprès de la mère.
Quel bonheur ! Toutes ces odeurs ! Il en devenait fou et se mit à tourner sur lui-même pour attraper sa queue, tant l’excitation lui faisait perdre la tête.
_Ce chien est dingue, marmonna le père. Même au bout de trois ans, il est toujours pas calmé. C’est pas ce qu’avait dit l’éleveur…
_Moi j’aime bien Lazare, déclara le petit frère. Il est super cool et il va super vite !
_Mouais, marmonna le grand frère. Il est aussi super chiant…
_Mathieu, intervint la mère en déposant un plat fumant au milieu de la table. Surveille un peu plus ton langage, surtout devant ton frère.
L’adolescent émit un second soupir, peu emballé par sa tranche de gigot aux petits pois carottes. Lazare était déjà la gueule sur ses genoux, prêt à quémander. Il avait remarqué son peu d’appétit.

La pression continue qu’exerçait le collier sur son cou l’agaçait. Lazare ne tenait pas en place et poussait sur ses pattes qui dérapaient sur le bitume. Blasé, le père le laissait faire et tirait de temps à autres d’un coup sec en arrière. Histoire de le calmer par étranglement. Peine perdue.
Le soir tombait avec quiétude dans la grande zone pavillonnaire. D’autres chiens et leurs maîtres effectuaient leur ronde pré nocturne.
Lazare était à la fois tenté de courir après chaque camarade canidé qu’il croisait, et s’attardait devant chaque odeur de pissou. L’alliance des deux lui permettait d’obtenir de subtiles informations : Glady allait avoir ses chaleurs, Sam était encore dépressif (il cohabitait avec un chat) et Diesel restait toujours aussi con et prétentieux. Cependant, le père ne l’entendait pas de cette manière et limitait ses mouvements.
Ce dernier prit place sur le banc du square local pour y fumer sa clope quotidienne, un endroit inintéressant au possible qui puait le félin. Désespéré qu’un jour il puisse rentrer et retrouver sa formidable mère, Lazare se posa sur son arrière-train pour guetter les lieux, on n’était jamais trop prudent.
L’odeur de la fumée l’agaçait et il secouait la tête, sans parler de sa vessie qui le tiraillait. Ils n’avaient pas fini la ronde et Lazare devait en garder, au moins quelques gouttes pour le belvédère de Diesel. Il n’aurait pas le dernier mot…
Une ombre de l’autre côté du trottoir, en face du parc. Il se figea, gémit et jeta un coup d’œil au père. Ce dernier continuait de tirer sur sa cigarette, en silence : il ne voyait jamais rien. Lazare réorienta son attention sur le muret. Quelque chose avait grimpé dessus. Il émit un bref grognement.
La chose se mouvait avec aisance mais prudence. Elle descendit du mur en un bond. La lumière des phares de veille d’une voiture lui permit de discerner cette masse grise et souple : un chat !
Lazare s’hérissa en une fraction de seconde et s’élança vers l’animal maléfique. La violence de son départ arracha la laisse aux mains du père, qui fit tomber sa cigarette sur sa cuisse. Il se leva en jurant et eut à peine le temps d’épousseter le mégot brûlant qu’un crissement de pneus le figea.
_Merde !
Lazare était déjà élancé au milieu de la route, le chat s’était statufié, incapable de réagir face à tant d’évènements. Le chien sentit soudain un choc violent sur le bas-côté. Tous ses flancs rougirent de douleur et il quitta terre, littéralement.
A ce premier choc s’ajouta celui du bitume froid et dur, et Lazare s’y cogna le crâne et le museau. Le souffle coupé et les crocs brisés, la douleur de ses os et organes internes en bouillie se propagea jusqu’à son cerveau incapable de comprendre ce qui venait de se passer.
Lazare s’évanouit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.milky-pancake.net/etadam
Mounia
Admin
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Début de nouvelles   Ven 18 Juil - 12:27

Relance, relance Very Happy

Des avis ?


Dernière édition par Mounia le Ven 18 Juil - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paprika.forumactif.com
Delpha
Correcteur / Bêta-Lecteur
avatar

Nombre de messages : 37
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/04/2008

MessageSujet: Re: Début de nouvelles   Ven 18 Juil - 12:49

C'était juste pour signaler au passae que j'étais en cours de lecture et que j'éditerai le messge pour laisser des appréciations et prodiguer mes savants conseils Wink

Edit : Désolé, je pars pour le week end un peu plus tôt que prévu. Je finis de corriger tout ça à mon retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lojie

avatar

Nombre de messages : 12
Age : 35
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Début de nouvelles   Lun 21 Juil - 13:25

Pas de problème.


Par contre, je ne peux pas en publier plus puisque c'est pour participer à un AT. D'ailleurs, si quelqu'un veut bêta-reader une nouvelle de 15 pages avant le 31 août Smile

(Faut juste que j'arrive à écrire la fin, j'hésite encore sur le dénouement... Mad )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.milky-pancake.net/etadam
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Début de nouvelles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Début de nouvelles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelles figurines au 72°
» Les nouvelles Pequignet Manufacture calibre Royal
» vieilles consoles;vieux jeux sur nouvelles consoles
» Nouveaux personnages et nouvelles photos des Hotlanta Cars Collectors
» Un tricot de maux - recueil de nouvelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paprika :: CONCEPTION :: Rédaction-
Sauter vers: